Conversion de l’usage des terres agricoles liée aux camps de réfugiés. Le cas d’un campement de réfugiés syriens au Liban

A picture containing transport, military vehicle, dirty

Description automatically generated
Campement de Dalhamieh (Kikano, 2017)

L’accueil des réfugiés syriens au Liban : La politique de « non politique »

Dix ans après le conflit en Syrie, près de 6.7 millions Syriens ont fui la Syrie. Ils forment la population de réfugiés la plus importante dans le monde sous l’administration du Haut-Commissariat aux Réfugiés. Le Liban, petit pays frontalier avec la Syrie, accueille environ 1,5 millions de réfugiés syriens. Comme dans la plupart des pays hôtes, au Liban, l’accueil des réfugiés se fait dans l’urgence et l’asile leur est offert à titre temporaire.

Cependant, la politique d’accueil du gouvernement libanais se distingue de celle des autres pays par trois points : premièrement, jusqu’en 2014, le gouvernement libanais n’a pas de position officielle par rapport aux modalités d’accueil des réfugiés et se désengage presque entièrement de la gestion de la crise. Les réfugiés deviennent de facto une responsabilité partagée entre les organismes humanitaires et les municipalités. Deuxièmement, les frontières libanaises avec la Syrie restent ouvertes et aucune restriction n’est imposée concernant l’entrée de ressortissants syriens. Troisièmement, le gouvernement libanais interdit les camps organisés — une des rares décisions prises par l’État — sans prévoir d’autres solutions pour le logement des centaines de milliers de réfugiés accueillis. 

Étant donné l’absentéisme de l’État, les municipalités ont acquis une indépendance dans les politiques d’accueil des réfugiés syriens. Leur accueil peut aller de la prohibition totale de l’accueil des réfugiés à l’ouverture et l’hospitalité. De fait, les réfugiés sont concentrés en grand nombre dans les municipalités qui ont des politiques d’accueil tolérantes vis-à-vis d’eux.

L’émergence des campements informels dans les terres agricoles à la Bekaa 

Mis à part les politiques d’accueil locales, le critère principal qui oriente le choix des logements des réfugiés syriens est le prix abordable du loyer, suivi par un autre critère, la disponibilité d’opportunités d’emploi. Ces deux critères expliquent la grande concentration des réfugiés syriens à la Bekaa, une région frontalière avec la Syrie caractérisée par ses vastes terres agricoles et le besoin de travailleurs dans ces terres. Il faut noter qu’au Liban la production agricole représente le troisième secteur le plus productif après le secteur tertiaire et celui de l’industrie et que la majorité des terres cultivées (42%) sont situées dans le plateau de la Bekaa. De plus, les loyers des terres dans cette région sont les plus modiques (figures 2&3).

A picture containing outdoor, sky, grass

Description automatically generated
Campement informel de réfugiés syriens à Bar Elias à la Bekaa (Kikano, 2015)

Les producteurs agricoles libanais ont toujours compté sur les travailleurs temporaires syriens qui représentent une main d’œuvre peu onéreuse et qui acceptent des conditions de travail plus dures que les Libanais. En effet, suite à un accord signé en 1991, les gouvernements syrien et libanais ont signé un accord autorisant la liberté de mouvement et de travail des deux populations dans les deux pays. Cet accord explique d’ailleurs la présence de quelques 300.000 Syriens au Liban antérieurement à la guerre.  

A picture containing sky, outdoor, grass, day

Description automatically generated
Campement informel de réfugiés syriens à Bar Elias à la Bekaa (Kikano, 2015)

Les travailleurs s’installaient auparavant dans des tentes montées à même les terrains cultivés. Suite à l’embrasement du conflit syrien, les travailleurs agricoles syriens ont accueilli leurs familles et leurs amis. Les quelques tentes les abritant se sont multipliées et des campements se sont formés. Graduellement, en l’absence de solutions proposées par l’État et faute d’autres solutions abordables, l’usage des terres s’est transformé : de terrains destinés à l’agriculture, ils servent dorénavant à accueillir des campements informels abritant des réfugiés. Souvent, ce sont les réfugiés les plus démunis qui s’y installent. Environ 18% des réfugiés Syriens vivent dans plus de 3700 campements informels. Près de 65% de ces campements sont localisés dans les plaines de la Békaa (gouvernorats de la Békaa et de Baalbek-Hermel). 

Cette étude porte sur la conversion de terres agricoles en campements informels occupés par des réfugiés. Le cas à l’étude est celui d’un campement informel de réfugiés syriens, situé à Dalhamieh, un petit village libanais dans la vallée de la Bekaa (figure 1). En se basant sur cette étude, elle vise à analyser plusieurs aspects en lien avec les conversions des terres agricoles au Liban : les intérêts politiques et économiques qui incitent à ces transformations et freinent d’éventuelles régularisations ; les processus politico-juridiques mis en place ; et les tensions sociales qui en génèrent.  Elle questionne l’avenir de ces campements, à l’appui d’autres expériences similaires dans le monde.

Paysages des conversions à venir

Claire Simonneau, Adeothy Adegbinni, Armelle Choplin, Philippe Lavigne Delville 

Au Sud du Bénin, sur une large bande littorale densément peuplée, la terre s’achète et se vend de manière active depuis des décennies. Ces transactions concernent aujourd’hui des terres dites familiales, détenues selon la coutume, situées en périphérie des agglomérations urbaines. Malgré le caractère théoriquement inaliénable des terres coutumières, les transactions sont de plus en plus courantes depuis les années 1990 et en viennent à être formalisées par la procédure communale du lotissement-remembrement. 

Ruée vers la terre 

Être propriétaire et faire construire son logement revêt une importance sociale essentielle et ancienne. Ces actes conditionnent en effet le passage au statut d’adulte, la mobilité sociale et la reproduction sociale. L’achat de parcelles en périphérie urbaine relève également d’une tradition d’investissement foncier agricole ancienne au sein des populations urbaines, remontant au développement des plantations de palmiers à huile, prolongée durant la période coloniale, et aujourd’hui autour de l’agro-business. Enfin, ces parcelles détiennent aujourd’hui une fonction d’épargne, au fil de la marchandisation progressive de la terre et la monétarisation de l’économie. Plus récemment, un investissement foncier d’un nouveau type émerge, sous la forme d’acquisitions massives de terres périurbaines par les urbains dans une perspective de rente de spéculation. 

Paysages des conversions à venir

Cette « ruée vers la terre » commune à d’autres pays de la sous-région, façonne les territoires et les paysages : plaques au nom des propriétaires sont érigées au cœur des broussailles , clôtures et matériaux de constructions sont entreposées sur ces parcelles en attente d’accueillir des constructions, le métier de démarcheur de parcelles s’affiche le long des principales voies routières. 

 

Examiner les pratiques foncières

Sans perdre de vue la matérialité de ces pratiques de thésaurisation et d’anticipation des plus-values foncières, les conversions d’usage des sols au Bénin seront examinées à travers plus cas d’études : projets immobiliers, lotissements au long cours, dynamiques et processus d’achats de terre.